[Fiction] Ma rencontre avec le vrai amour et ses faux-semblants

J’ai rencontré Bettina de Pauw en 2015. J’ai eu envie de le raconter à ma façon…avec un plongeon fictif dans le futur… dans la peau d’une grand-mère !

….

Podcast à écouter :

« Nous sommes en 2049 quand Gabrielle raconte à ses petits-enfants une rencontre qui a changé sa vie en 2015 suite à un épuisement professionnel. C’était une époque qui traversait une violente et profonde dépression. Elle cachait en réalité des potentiels encore insoupconnés d’évolution pour l’humanité. »

Cette fiction a été inspirée d’une rencontre avec Bettina de Pauw.

Texte, voix, réalisation : Gabrielle Miae Ka
Illustration : Montage réalisé avec FaceApp

 

« Mes chers petits enfants,

Comme je suis heureuse de vous savoir à l’école.

Aujourd’hui, en 2049, vous y apprenez des choses tellement merveilleuses, l’intelligence émotionnelle, la communication non-violente, la primauté du lien… Vous savez bien aujourd’hui que cela compte par dessus tout et heureusement que vous le savez car c’est là-dessus que nous avons rebâti notre monde, ce monde qui s’était complètement écroulé, ce monde qui a fait tellement de victimes, ce monde d’où je viens.

Je suis une vieille dame aujourd’hui. Je vais vous raconter à quel moment cela a basculé pour moi.

C’était en 2015. A l’époque, comme beaucoup d’autres, j’ai vécu un épuisement professionnel et puis j’avais des difficultés sentimentales récurrentes. Alors j’ai cherché des issues. Un jour, j’ai rencontré une personne qui a changé ma vie. J’ai envie de vous raconter cette histoire.

C’était une époque où la confusion régnait, où la dépression et la violence gagnait beaucoup de terrain, tant au niveau des individus, des organisations et des institutions au pouvoir. Avec internet, c’était aussi la possibilité d’accéder à toute la lumière et l’ombre du monde au même instant. Comment trouver un sens et une place dans cette folie et cette sagesse en mouvement ?

Je me souviens de mon élan à vouloir sortir d’une certaine impasse, trouver des solutions pour ma vie quotidienne, davantage de paix et de joie que je n’arrivais plus à trouver ni dans mon travail, ni dans les associations dans lesquelles je m’impliquais. Est-ce que j’avais perdu de vue l’essentiel ? Est-ce que j’avais peut-être même jamais été connectée à l’essentiel ? En tous cas j’ai rencontré cette personne lors d’une expérience qui était organisée dans le cadre d’un stage. J’ai fait pas mal de stages. Je ne sais pas si c’est la manière que je préfère pour faire des rencontres, mais il fallait bien commencer par quelque chose.

Ce stage a duré quelques jours. J’y ai fait la découverte de la méditation, du silence, du partage en cercle d’une parole authentique et peu à peu libératrice. Il y avait aussi des expériences corporelles pour se mettre en relation à l’autre sans mots. C’était une première. On avait tellement l’habitude de parler, échanger des idées, batailler, celui-ci a raison, celui-ci a tort. C’était vraiment un autre espace qui s’était ouvert à moi. J’ai fait aussi la connaissance avec des sagessses ancestrales issues d’une tradition orientale. C’était un autre regard sur le monde, une autre vision qui m’ouvrait un champ des possibles que je n’avais pas encore imaginé jusqu’ici. C’était extrêmement précieux.

Tout cela était partagé par une femme. Ce n’est pas anodin car à cette époque, il y avait encore peu de femmes qui partageait une forme de sagesse sacrée. Elle refusait de se considérer comme un guide ou un gourou qui prêche. Elle disait qu’elle partageait avec nous l’amour pour tout ce qu’elle a traversé dans sa vie, sa quête de profondeur et de vérité. Passionnée par les liens tissés entre psychologie et spiritualité, elle a exploré le chemin vertueux du travail sur les émotions, sur l’ego et la connaissance corporelle, d’une essence qui donne le sentiment d’une connexion à soi en lien avec l’autre.

Ce n’est pas vraiment facile pour moi de vous partager cela avec des mots car encore aujourd’hui, j’ai le sentiment que c’est avant tout une expérience qui se vit.

Je sais aujourd’hui, mes chers petits enfants, cela peut paraître incroyable, mais nous n’étions pas éduqués à cette intelligence émotionnelle,  et à cette connaissance spirituelle. Cette humanité était figée dans sa compétition permanente oubliant à quel point nous sommes des êtres de liens et de coopération.

Vous venez de cet endroit, empli de peurs, de blessures dépassées par le courage d’aimer.

Affectueusement,

Votre grand-mère,

Gabrielle »

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s